1er trimestre de grossesse: Mon expérience.

Une nouvelle catégorie voit le jour sur le blog et je suis ravie de l'inaugurer avec un article qui, je l'espère, pourra en aider plus d'une à surmonter les désagréments du début de grossesse et à se sentir un peu moins seule face à des symptômes qui peuvent parfois nous donner du fil à retordre..


LA DECOUVERTE:


Lorsque Khaled et moi avons appris que j'étais enceinte, ce fût une explosion de bonheur! Nous l'avons d'ailleurs appris très tôt, puisque j'étais à peine enceinte de 2 semaines!! J'avais dans l'idée que les symptômes passeraient sûrement un peu inaperçu, cette grossesse étant désirée et attendue.


La nature m'a prouvé le contraire dès la 6ème semaine. Je me suis retrouvée du jour au lendemain, prise de violente nausées, fatigues, dégoûts alimentaires, essoufflement, constipation, sensation de mal-être (comme une grippe et une gastro qui auraient décidé de durée 2 mois, comme ça, pour le fun) et autres joyeusetés..

Ne vous y trompez pas, j'étais bien sûr très heureuse de ce qu'il m'arrivait et j'ai conscience que pour certaines femmes, tomber enceinte représente un véritable parcours du combattant. Mais me retrouver dans cet état du jour au lendemain sans m'y attendre et sans pouvoir vraiment y faire quelque chose, a été très compliqué physiquement et surtout psychologiquement.


LA CULPABILITÉ:


S'il y a bien un mot qui peut représenter le sentiment qui m'a animé durant ce premier trimestre, c'est lui! Et avec le recul, je me rend compte à quel point il n'aurait jamais dû prendre autant de place dans mon esprit.


J'ai énormément culpabilisé pour diverses raisons:


-L'impossibilité de m'alimenter correctement car mes dégoûts alimentaire était assez puissant. (Je vous laisser imaginer la scène lorsque je m'écroule devant un plat de pâtes blanche étant dans l'incapacité de les manger.. ou encore l'envie de crevettes à l'ail de Khaled qui m'a fait regretté ma cuisine ouverte..^^)


-Le sentiment d'inutilité et d'avoir complètement laisser à l'abandon Khaled qui a strictement TOUT gérer à la maison et en dehors durant ces deux mois où je suis rester allongé 90% du temps.


-Le sentiment d'être déjà (oui, oui) une mauvaise mère car je n'arrivais pas à passer outre ces symptômes pour mon bébé. Ou du moins à les gérer un minimum sans pleurer ou m'écrouler.


-Le non-respect parfois de mes valeurs Zero Waste. Car quand tout vous dégoûte, si un truc vous fait envie, à ce moment précis, votre réflexion n'est plus la même et le plastique qui entoure ce sandwich qui vous fait de l'oeil devient totalement dérisoire..


Bref, je n'arrivais absolument pas à accepter l'état dans lequel je me trouvais, ce qui me faisais encore plus culpabiliser et entrer dans un cercle vicieux pour moi et mon entourage qui ne savait plus quoi dire pour essayer de m'apaiser.


LA COMPRÉHENSION:


Au fur et à mesure, j'ai commencé à consulter des forums et des vidéos Youtube et même si je me sentais toujours mal, ça a été une délivrance de tomber sur des personnes qui avait vécu la même chose!


J'ai enfin compris pourquoi je n'arrivais pas à accepter mon état. Tout simplement car, dans ma tête, je n'avais pas le droit de me sentir mal, encore moins de l'exprimer. J'étais en train de créer la vie et à aucun moment je n'avais le droit d'être malheureuse. Surtout quand mon feed instagram était rempli de futurs mamans en pleine forme qui ne se plaignaient de rien et semblaient être passés au travers des mailles du filet.


Eh bien non! Mille fois non!! Donner la vie est évidemment merveilleux, c'est indéniable!! Mais cela ne veut pas dire que l'on doit être parfaite, lisse, heureuse du lever au coucher de soleil. C'est un chamboulement physique et psychologique. Vous avez le droit d'avoir des doutes, de pleurer et surtout de vous exprimer!!


LE SOUTIEN:


Si je peux vous donner un seul conseil, c'est de bien vous entourer et de compter sur vos proches. Le soutien des miens a été un élément clé de mon "mieux-être" et sans la dévotion sans faille de Khaled, je ne sais pas comment j'aurais vécu cette période.

N'hésitez jamais à leur parler, leur demander des conseils ou simplement de parler de leur propre expérience, même si certaines seront radicalement différente de la vôtre.


Si ce n'est pas suffisant, adressez-vous à un professionnelle de santé:

-Une sage femme

-Un gynécologue

-Un médecin etc..


Peu importe l'interlocuteur du moment que cette personne est à même de vous écouter sans vous juger.


L'ACCEPTATION:


Certainement la partie la plus difficile du travail à faire sur soi-même! On a eu de cesse de me répéter d'accepter mon état. Honnêtement, je n'avais pas du tout, mais pas du tout envie d'entendre ça.. Je me disais " Qui a envie d'accepter d'avoir la nausée 24h/24h 7j/7j pendant autant de temps?"


Pourtant, c'est le meilleur conseil que l'on puisse avoir.


Même si c'est difficile, il faut accepter de ne pas avoir les mêmes capacités que d'habitude, d'être plus fatiguée, de se sentir malade etc.. (même si la terre entière vous dira : "Euh mais c'est pas une maladie la grossesse hein, faut arrêter") et qu'intérieurement vous aurez envie de sortir une baguette magique pour que l'espace de 2 petites minutes, ils ressentent ce que vous ressentez.


Je ne sais pas si j'ai vraiment réussi cette étape finalement. Je crois que j'ai commencé à accepter un peu mon état quand ça a commencé à s'améliorer petit à petit. Mais une chose est sûr, lors de mes futurs grossesses, s'il y en a, je chasserai très vite cette culpabilité qui m'a rongé pendant 2 mois et ne m'a pas du tout aider à me sentir mieux.


ET LA SUITE ALORS:


Je suis aujourd'hui à 21 semaines de grossesse et je n'ai plus aucun des symptômes qui m'ont tant mené la vie dure durant le premier trimestre.

La suite de ma grossesse se déroule à merveille et cela valait le coup de souffrir.

Je ne sais pas encore ce que les 4 derniers mois me réserve mais je suis beaucoup plus sereine que je ne l'ai été au début.


J'espère que ce petit article pourra aider les futurs mamans qui subissent des symptômes de début de grossesse difficile. Qu'au moins cela leur permettra de se sentir un peu comprises.

Dans les prochains articles, j'aborderai à nouveau le sujet du 1er trimestre mais avec l'objectif de vous donner les petites astuces du quotidien qui m'ont aidé à combattre les nausées etc..


Copyright, von Glasow, 07/2019, tout roits réservés.