Greenwashing

Le biologique, l'éthique, le naturel: Effet de mode ou réelle prise de conscience, ces mots sont partout en ce moment.

Les industriels ne s'y sont pas trompés et c'est à grand renfort de marketing "Green" qu'ils surfent sur la vague.

Après un sondage sur Instagram, vous avez été unanime pour un petit article sur le Greenwashing.

Comme j'ai longtemps travaillé dans la vente pour des marques de "Fast Fashion", j'ai déjà une petite idée des techniques qu'ils utilisent pour vous faire croire qu'un produit est éthique alors qu'en fait: pas du tout. C'est parti!

Définition du Greenwashing selon l'ADEME:


"Le Greenwashing consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique. C’est le fait souvent, de grandes multinationales qui de par leurs activités polluent excessivement la nature et l’environnement. Alors pour redorer leur image de marque, ces entreprises dépensent dans la communication pour « blanchir » leur image, c’est pourquoi on parle de greenwashing."


En gros, une entreprise à conscience qu'elle pollue, que son activité est problématique pour l'environnement.

Elle a également conscience que VOUS, les consommateurs, êtes de plus en plus informés de ces mêmes problématiques (environnementales, humaines, animales..). Donc, pour continuer de vendre autant qu'avant, elle va mettre en place des techniques marketing visant à rassurer le consommateur, tout en continuant à polluer ou exploiter. Bref, vous voyez le topo!


Comment s'y prennent les marques?


=Changement de l'identité d'une marque ou identité visuelle mensongère: (Logos et couleurs)=


Le logo et les couleurs d'une marque sont les premières choses que vous voyez de celle-ci. C'est ce qui vous donne tout de suite une idée de son identité, de son placement.


-Si certaines marques optent tout de suite pour une identité visuelle à forte connotation environnementale ou écologique et que ces actions sont en accord avec celle-ci, aucun soucis!

-En revanche, si une marque change ou adopte volontairement une identité visuelle pour donner une impression d'un positionnement bio ou écolo alors que ce n'est pas le cas: C'est du Greenwashing.


Les marques vont utilisés des couleurs ou visuels ramenant à la nature. L'emploi de la couleur verte est fréquent ainsi que des images de feuilles, fleurs, arbre ou tout autre allusion à la nature ou à l'environnement. Bien sûr, rien ne dit que le produit à l'intérieur est naturel!


Quelques exemples:


Mcdo a changé son logo en 2009. Ils ont abandonné le rouge vif pour laisser place à du vert. Visuellement, l'impact est fort et la couleur verte ramène immédiatement à l'environnement. Hors, question environnement, malgré quelques efforts concernant les consignes de recyclage, ils sont loin du compte.


Lovea a opté pour un logo à l'allure fleurit et naturel. Pourtant lorsque l'on jette un œil aux compositions des produits, on se rend vite compte qu'ils contiennent des produits chimiques et potentiellement dangereux.




=L'auto-labellisation=


Certaines marques n'hésitent pas à créer leur propre label pour rassurer le consommateur. Vous pouvez trouver une mention : "Développement durable" ou encore "écologique" alors qu'aucune certification n'a été délivré pour ce produit.


Le contrôle d'un organisme indépendant et compétent est indispensable afin de s'assurer de la véracité des propos de la marque. (Article sur les certifications à venir)


Exemple:


Les labels "Eco2" de Renault ou encore "Bluemotion" de Volskwagen qui ont été créés par ces deux marques pour leur véhicules les plus "écolos" et les moins polluants. Seulement jusqu'à preuve du contraire, l'essence et le diesel fonctionnent toujours à l'énergie fossile et sont donc toujours polluants. Le "label" peut induire le consommateur en erreur.


=Mise en avant d'un ingrédient unique et/ou naturel=


De plus en plus présent sur les packaging, notamment dans les cosmétiques: les mentions mettant en avant la présence d'un ingrédient phare de la recette!

Encore une fois, le but est de faire croire au consommateur que cet ingrédient est présent en quantité conséquente dans le produit. Parfois c'est le cas et c'est tant mieux.


En revanche, d'autre fois, en regardant la liste d'ingrédient, vous vous rendrez vite compte que l'ingrédient en question est présent en quantité minime. Il peut aussi bien se retrouver au milieu de tout un tas de produits chimiques.


Les industriels rusent aussi en utilisant des termes bien précis pour vous donner l'impression d'un produit d'exception alors qu'il ne l'est pas forcément, ni par sa qualité, ni par son mode de fabrication, ni par quoi que ce soit d'ailleurs.


Exemple:


Yves rocher propose un lait pour le corps en mettant clairement en avant la présence d'huile d'argan et de rose. Hors, si on se fit à la liste des ingrédients: l'eau de rose et l'huile d'argan arrivent respectivement en 10ème et en 11ème position des ingrédients.


=La mention "Sans"=


Ceux la sont partout! Ils sont donc faciles à repérer! Vous les trouverez dans le rayon alimentaire ou bien cosmétiques.


Sans huile de palme, Zéro Paraben, sans additif etc.


Alors, en général, il n'y a rien de mieux pour me faire rire, car si c'est une bonne nouvelle de ne pas avoir d'huile de palme dans un produit, cela ne signifie pas pour autant qu'il est éthique ou bon pour la santé.

De même qu'un produit bio peut contenir beaucoup trop de sucre, un produit sans huile de palme peut-être bourrés d'additifs ou être ultra-transformés.


Ce type de mention n'a pour but que de continuer à vendre un produit qui se retrouve dans le collimateur des consommateurs.


Exemple:





=Le manque de transparence=


La marque vente les mérites de ces produits ou alors de leur mode de fabrication mais ne vous donne aucun moyen de vous en assurez. Vous ne trouvez aucune informations claires quant à leur engagement écologique ou social.

N'hésitez pas à interpeller ses marques, à leur demander d'être transparent sur leur méthode de production, les produits utilisés, les conditions des travailleurs.



En conclusion, ne vous fiez pas à ce que le marketing et les industriels essayent de vous faire croire. Lisez les listes d'ingrédients, observez, renseignez-vous. En espérant que cet article pourra être un point de départ à certains d'entre vous pour y voir un peu plus clair.


Sources:


Ademe: www.ademe.fr

Consoglobe: www.consoglobe.com

www.greenwashing.fr

Sites des marques cités.


Copyright, von Glasow, 09/2019, tout droits réservés.